01 avril 2017

La médaille commémorative du Monument aux Morts de la guerre 1870/1871 à Bar-le-Duc, offerte au Préfet Henri BUISSON.


En poste dans la Meuse depuis mars 1899, le Préfet Henri Jacques BUISSON est né le 1er  février 1857 à Castelnaud-dur-Gupie dans le Lot-et-Garonne.
Après l'obtention d'une licence de droit, il sera attaché au Sous Secrétaire d'Etat Armand Fallières en 1880.
Dès 1881, il sera nommé Sous-préfet deVitré, de Belley en 1887, d'Orange en 1890, de Mantes et de Sens.
En 1897, il est nommé au poste de Préfet des Hautes-Alpes.
C’est en 1899 qui rejoindra la Meuse, poste où il restera jusqu'en 1904, année de son admission à la retraite au sein du Corps Préfectoral.
En 1905, il sera directeur de l'Octroi de Paris.

Les décorations du Préfet BUISSON:

25 février 1900, il reçoit l'Ordre de chevalier de la Légion d'Honneur 
Officier de la Légion d'honneur le 26 juin 1923.
Officier d'académie en 1885.
Médaille de vermeil des Epidemies 1892;
Officier de l'Instruction Publique 1901.
Commandeur avec plaque de l'Ordre  de Saint Stanislas de Russie.


L'écrin de la médaille commémorative. Il est personnalisé au nom du Prefet BUISSON. (Coll.J.CORNIEUX)


La médaille commémorative d'un diamètre de 42 mm est en vermeil (poinçon "argent" sur la tranche)


Le monument est visible sur le revers.


                                                   Le monument sur une carte postale d'époque.



                                   Le monument aujourd'hui.(Contribution photo: Alain GIROD 27/07/2008)



            



La médaille présentée, lui à été remise le 24 juin 1900 par l'Association Fraternelles des Anciens Militaires de Bar-le -Duc,  lors de l'inauguration du monument aux morts des enfants de la Meuse pour la guerre 1870/1871.
Ce monument fût érigé par souscription publique le 24 juin 1900. Il est l'oeuvre du sculpteur Pierre Roussel.
Son emplacement original était au centre de la Place de la Gare de Bar-le-Duc et fut démonté pour laisser place au monument Poincaré en 1950.
Il ne sera remonté qu'en 1958 rue Bradfer.
A l'origine, un groupe en fonte ornait la colonne, mais lors de la Seconde Guerre Mondiale, les Allemands l'ont emporter pour le fondre.
Le coq surmontait également une couronne de feuillage aujourd'hui disparue.