20 mai 2012

Les uniformes du Corps Préfectoral:

L'habit de grande tenue modèle 1873 de sous-préfet:

Habit de grande tenue modèle 1873 pour sous-préfet.
(Coll.J.Cornieux)

Comme leurs homologues préfets, les sous-préfets ont eux aussi un habit brodé porté lors de grandes occasions.

Planche descriptive de l'habit du Ministère de l’Intérieur réservée au tailleurs et brodeurs.
(Coll.J.Cornieux)

La différence est nette avec celui des préfets, ce dernier ne comporte pas de broderies de poitrine.
Cet exemplaire en drap fin noir, est brodé au col, parements de manches, écusson de dos et baguette "dents de loup" sur les bords courants.
Boutons au faisceau au centre d'une couronne de feuillages.
 Les neufs boutonnières sont factices. Un crochet au niveau du huitième bouton permet la fermeture de l'habit.
Un système à gauche sur la poitrine, permet le port de deux décorations.

Détails de l'écusson brodé du dos de l'habit.

Détails du col et des bords courants avec les typiques broderies dites "dents de loup".

Détails du parement de manche brodé.

Il semble que cet habit ne fût pas l'apanage de beaucoup de sous-préfets, en effet l'iconographie d'époque ne montre que peu de ces hauts-fonctionnaires dotés d'un tel effet d'uniforme.
La raison première est sans aucun doute le prix très élevé de cet habit brodé. Seconde raison, les sous-préfets nouvellement nommés font souvent l'impasse sur cette pièce qui, selon le règlement, reste facultative avec l'adoption en 1878 de la tunique croisée du type des généraux.
Le prix de cet habit brodé est de 340 francs.

Tarifs d'époque de la maison DONY au pavillon de Rohan à Paris, pour tenues de sous-préfet.
(Coll.J.Cornieux)

L'habit présenté ici est une fabrication de la célèbre et prestigieuse Maison DONY, Maitre tailleur-brodeur à Paris, au Pavillon de Rohan. Il à appartenu au Sous-préfet  Edmond CAHEN.

Étiquette du fabricant DONY, apposée dans l’intérieur de l'habit.

L'étiquette identifiant sont propriétaire: Le Sous-Préfet CAHEN.

Edmond CAHEN est né le 15 février 1855 et sera nommé sous-préfet de St Jean de Morienne (74) le 12 janvier 1880.
En 1895, il est  sous-préfet de St Quentin, puis de Verdun en 1896. Cette année là, en pleine affaire Dreyffus, il sera victime d'injures antisémites.

Un Sous-préfet (photographie prise à Nancy) vers 1890/1900, l'habit de grande tenue est ici bien visible.Il devrait réglementairement porter la ceinture-écharpe, absente ici.
Il est décoré de l'Etoile de Commandeur de l'Ordre du Lion et du Soleil (Perse), des Palmes d'Officier d’Académie et de la Croix de Chevalier du Mérite Agricole, Ordre institué en 1883.
(Coll.J.Cornieux)