11 janvier 2011

Les Préfets de l'ALLIER 1814-1830 :

La Première Restauration.(Avril 1814-Mars 1815):


Les "Adieux de Fontainebleau" Peinture par Montfort.

Après les "Adieux de Fontainebleau", l'Empire n'est plus! C'est le retour des Bourbons, et le 3 mai 1814, Louis XVIII fait son retour à Paris, c'est aussi le retour des "Emigrés" et des principes monarchiques d'avant la Révolution.

Le Roi Louis XVIII

Bouton d'uniforme en argent du Corps Préfectoral, porté sous la Restauration.
(Coll.J.Cornieux)

C'est durant cette période que Thomas, Louis, César , Marquis LAMBERT De FRONDEVILLE, sera le Préfet du département.

Le Préfet Lambert de Frondeville (1757-1816)

Il est né le 15 novembre 1757 à Lisieux, il est ancien Député à l'Assemblée Nationale Constituante de 1789 et Pair de France. Il était issu d'une grande famille de la noblesse Normande. Emigré, le retour  des Bourbons le rappela aux honneurs et aux affaires publiques.Il fû nommé Préfet le l'Allier le 10 juin 1814 et exercera ses fonctions j'usqu'en mars 1815, date de la fin de la Première Restauration. meurt à Paris le 17 juin 1816.

Imitant son bon souverain, lui aussi, pris la fuite le 27 mars 1815, laissant la direction des affaires publiques au doyen des Conseillers de préfecture, DUCHEZOT.
Le Sous-préfet de Moulins, Auguste DEPONS demanda alors à se retirer à la campagne, DUCHEZOT accepte et nomme le Conseiller de préfecture FAVRE, Sous-préfet provisoire.
Circulaire du Conseiller de préfecture FAVRE.
(Coll.J.Cornieux)

Les Cents-Jours (1er Mars-22 Juin 1815)

Après avoir quitté l'Ile d'Elbe, le 1er mars 1815, Napoléon Bonaparte débarque à Golf-Juan, Le 20 mars il sera de retour à Paris!

 Le retour de l'Empereur!

C'est tout naturellement que le 22 mars 1814, que François POUGEARD Du LIMBERT, Baron d'Empire, dernier des Préfets Bonapartiste du département en 1814, reprend son poste, après la fuite de son prédecesseur. Dès son arrivée, il révoqua le Sous-préfet de Gannat Elysée SULEAU (voir aricle sur la Sous-préfecture de Gannat) et Felix CONNY De La FAY, le Sous-Préfet de LAPALISSE(idem sur la sous-préfecture de Lapalisse).

Il nomma J.F BURELLE , Sous-préfet de Moulins, DEPONS étant déclaré démissionnaire.

Lettre signée BURELLE, Nouveau Sous-préfet de Moulins.
(Coll.J.Cornieux)

 
Le 6 avril est nommé en remplacement, Claude,Philibert BARTHELOT De RAMBUTEAU.
Né à Macon le 9 novembre 1781, Il fût Chambellan de l'Empereur en 1809; Rambuteau allait partir pour Paris, quant il eu sa nommination de Préfet de l'Allier. Par devouement à napoléon, il accepta ce poste qui ne lui convenait que médiocrement. Avec le Baron DESROYS Maire de Moulins, il prit des mesures urgentes pour le recrutement et le retour des anciens militaires fidèles à Bonaparte ainsi que pour les élections. Faisant jouer ses relations, il ne restera que quelques jours dans le département, visant d'autres ambitions, 8 jours après son installation, il sera nommé Préfet de l'Aude, il cumulera plus tard les postes de Préfet de la Seine, Conseillers d'Etat et Pair de France, il meurt le 23 avril 1869, dans son château de Champgrenon à Charnay-les-Macons.

Gravure d'époque (1843)de BARTHELOT De RAMBUTEAU  .
(Coll.J.Cornieux)

Document en date du 26 juin 1833, ayant trait à la nommination du Comte de RAMBUTEAU au poste de Préfet de la Seine, avec sa signature manuscrite au bas.
(Coll.J.Cornieux)

Parti quelque peu, précipitamment, c'est pour la troisième et dernière fois, que le Baron d'Empire POUGEARD Du LIMBERT revient comme Préfet de l'Allier. Nommé le 20 avril, il rentre à MOULINS le 1er mai 1815.

Ci-dessous, deux lettres adressées à LAMI BOISCONTEAU résidant à MARTILLY (lieu-dit situé sur la commune de BAYET près ST-POURCAIN) concernant les élections;
LAMI BOISCONTEAU est membre du Collège Electoral du département (300 membres) pour le canton de St-Pourçain.

 La première datée du 27 avril, est signée DUCHEZOT (voir article sur les Préfets de l'Allier sous le 1er Empire), Conseiller de préfecture faisant fonction de Préfet ( POUGEARD Du LIMBERT n'étant pas encore arrivé) et la seconde, datée du 4 mai 1815, on retrouve le nom du Préfet au bas du document. 

Lettres datant de la période des Cents-Jours, datées du 27 avril et 4 mai 1815.
(Coll.J.Cornieux)

Pendant les Cents-Jours, il y eu de nombreux troubles dans le département de l'Allier, surtout après la désastreuse bataille  de Waterloo, à Moulins, les Royalistes, en grand nombre, semèrent la pagaille: Bagares, troubles à l'ordre public, mutinerie du 1er regiment de Grenadier de la Garde Nationale...
Le Donjon et Lapalisse, fiefs Royalistes, fûrent aussi le théatre de nombreux troubles.

 
La Seconde Restauration(8 juillet 1815-2 août 1830):



Le Roi de retour à son bureau aux Tuilleries
(Tableaux Château de Versailles)

La bataille de Watterloo fût fatale à Napoléon, ce dernier s'est déjà livré aux Anglais et embarque pour Ste-Hélène.

Napoléon à Ste-Hélène.

LOUI XVIII fait sa seconde entrée dans Paris le 8 juillet 1815.

Le second retour de Louis XVIII.

Louis-Antoine-Victor MALOUET (non installé) -Nommé le 12/07/1815
Né à Paris, St-Sulpice, le 20 mars 1780, mort à Paris le 13 octobre 1842.Il sera prisonnier des Russes en 1814
Membre de la commission du Sceau de France en 1828, Conseiller, maitre à la Cour des Comptes en 1830 et Pair de France en 1832.


Comte Auguste-Joseph BAUDE DE LA VIEUVILLE - Nommé le 14/07/1815, arrive le 30 juillet.
Né à Chateauneuf d'Ille et Vialine le 11 septembre 1769, mort idem le 26 avril 1835.
En 1773 page de Louis XV, peu après il entra aux gardes francaises. Colonel en 1789. Emigra en 1791, servit à l’armée des princes, resta quelque temps en Angleterre et rentra en France après le 18 fructidor. Rallié au 18 brumaire, il devint président de canton en l’an VIII, et assista en cette qualité au couronnement de l’empereur Napoléon, qui, sur ses instances, le choisit pour chambellan (décembre 1809). Nommé préfet de la Stura en décembre 1810, chevalier de la légion d’honneur (1811), comte de l’Empire en 1812, il passa le 12 mars 1813 à la préfecture du Haut-Rhin. Après les Cent-Jours préfet de l’Allier, de la Somme (1816), député d’Ille-et-Vilaine (1820). Conseiller général de la Meurthe. Chambellan de l’Empereur. Pair de France 1827.

Note du cabinet (avec signature autographe) du Préfet BAUDE DE LA VIEUVILLE en date du 15 juin 1816, adréssée au Sous-préfets et Maires du département de l'Allier concernant son départ pour la SOMME.
(Coll.J.Cornieux)

Lettre du Comte De La VIEUVILLE, Chambellan de l'Empereur et Préfet du Haut-Rhin datée du 11 septembre 1813.
(Coll.J.Cornieux)

Médaille en argent donnée sous la Restauration aux Pairs de France. Le Comte de La Vieuville fût Pair en 1827.
(Coll.J.Cornieux)

Il fût aussi Député en 1820. Parement de manche brodé argent sur velours noir de Député au règlement de 1815.
(Coll.J.Cornieux)


 Etats des services du Comte De La VIEUVILLE, rédigés par le Conseiller d'Etat, Secrétaire Général du Ministère de l'Interieur;
(Archives Nationales)



Louis-Spiridion FRAIN DE LA VILLEGONTIER
Un second Breton arrive à Moulins pour remplacer BAUDE DE LA VIEUVILLE.
Nommé le 15 mai 1816, il arrive à Moulins le 15 juin 1816.
 Né à Fougère le le 25 janvier 1776, il arrive de Versailles où il était sous-préfet.
Pair de France en 1819, il meurt dans son château de La Villegontier à Parigné le 1er juin 18149.

Note en date du 15 juin 1816, du nouveau Préfet FRAIN DE LA VILLEGONTIER adressée aux Maires du départemment de l'ALLIER. Signature autographe du Pérfet au bas du document.
(Coll.J.Cornieux)

Formule de serment au Roi, faite et signée par FRAIN DE LA VILLEGONTIER, comme il se doit pour les membres de la Légion d'Honneur, dont il est Chevalier.
(Archives Nationales)
Légion d'Honneur modèle de la Restauration.

Marie-Louis-Maurice FUMERON D'ARDEUIL - Nommé le 8 octobre 1817, arrive en poste le 17 du même mois.
Né à Paris le 12 novembre 1783, Il est Maitre des requêtes au Conseil d'Etat en 1815.
Il sera par la suite, Préfet du Var, de l'Herault, du Pas de Calais, Député (Héerault) et Conseiller d'Etat. Il meurt à Coulandon (Allier) le 26 juillet 1870.
Lettre du Préfet FUMERON D'ARDEUIL datée 1818 adréssée au Maire de Verneuil (en Bourbonnais) à propos d'un membre de la Legion d'Honneur.
(Coll.J.Cornieux)

Lettre signée FUMERON D'ARDEUIL et datée du 24 juillet 1829, il est alors Préfet du Var;
(Coll.J.Cornieux)

Il est à noter, que depuis 1822, les Prefets résident dans le nouvel hotel de la préfecture. L'ancien palais d'Ansac, demeurant trop étroit pour y loger tous les services préfectoraux.


Le nouvel Hotel de la Préfecture depuis 1822.

 

Alexandre-Daniel DE TALLEYRAND PERIGORD - Nommé le 9/01/1822, arrivé à Moulins le 24.
Député de 1815 à 1822 et pair de France, né a Paris le 22 février 1776, mort au Bois-d'Oingt (Rhône) le 3 juillet 1839,« fils de très haut et très puissant seigneur, monseigneur Louis-Marie-Anne de Talleyrand-Périgord, baron de Talleyrand, mestre de camp du régiment royal-Piémont-cavalerie et de très haute et très puissante dame, madame Louise Fidèle de Saint-Eugène de Montiguy», et cousin de l'ex-évêque d'Autun, se destina à l'état ecclésiastique et étudia la théologie à Naples, où son père était ambassadeur de France. Après la Révolution, il se fit naturaliser napolitain et prit du service dans l'armée. Il rentra en France en 1802, résida à la Ferté-Saint-Aubin (Loiret), chez son frère Augustin-Louis, devint maire de cette commune, et fut nommé, en avril 1814, par le gouvernement de la Restauration, préfet du Loiret. Il accompagna Louis XVIII à Gand pendant les Cent-Jours, reçut une mission secrète pour Vienne, et reprit possession de sa préfecture en 1815. Ayant refusé de payer aux Prussiens une contribution de cluatre millions de francs, il fut arrêté par leur ordre et envoyé en prison à Saint-Cloud. Nommé conseiller d'Etat, il fut élu, le 22 août 1815, député du Loiret au grand collège, par 130 voix (206 votants, 281 inscrits). Il opina avec la minorité de la Chambre introuvable, obtint sa réélection, le 4 octobre 1816, par 102 voix (196 votants, 202 inscrits), et fut de la série sortante en 1822. Nommé préfet de l'Allier (1822), de la Nièvre (1828), de la Drôme (1830), du Pas-de-Calais (1831), il s'était rallié au gouvernement de juillet, qui l'envoya comme ministre plénipotentiaire à Florence (1833), puis à Copenhague, et le fit entrer à la Chambre des pairs (10 juin 1838). Il mourut un an après.


Charles-Noel DE LA MORELLIE - Nommé le 02/01/1823, arrivé le 1er février.
Né à St-Yriex-La-Perche (Haute-Vienne)le 25 décembre 1782. Auditeur au Conseil d'Etat en 1810, il est nommé Sous-préfet de Limoges en 1811, de Rennes, de Mortagne. Préfet de l'Orne en 1817, puis de l'Allier en 1823. Il meurt à Paris le 29 juillet 1850



Anne-Etienne-Louis HARMAND D'ABANCOURT - Nommé le 27/06/1823, en poste le 31 juillet.
Député de 1824 à 1831 et pair de France, né à Châlons-sur-Marne (Marne) le 23 août 1774, mort à Paris le 23 février 1850, fils du précédent, et de « dame Marie-Benoiste-Valentine Gaussard » entra comme surnuméraire au ministère de l'Intérieur en 1807, grâce à l'influence de son père, alors préfet de la Mayenne, et devint ensuite successivement sous-préfet de Savenay (24 mars 1809), auditeur au conseil d'Etat (janvier 1810), sous-préfet de Mézières et préfet des Hautes-Alpes. A ce poste, au moment du retour de l'île d'Elbe, il publia une proclamation qui traitait l'empereur « d'aventurier » ; ce zèle le fit destituer, mais, à la seconde Restauration, il fut nommé commissaire du roi près la 8e division militaire, préfet du Puy-de-Dôme (14 juillet 1815), commissaire du roi à la colonne de droite de l'armée du duc d'Angoulême (24 mars 1816), préfet de la Corrèze (5 avril 1817), des Ardennes (10 février 1819), de l'Allier (27 juin 1823), et officier de la Légion d'honneur (11 août 1823); il était chevalier de l'ordre depuis le 13 janvier 1814. Elu, le 25 février 1824, député du 1er arrondissement électoral des Ardennes (Mézières) par 198 voix (293 votants, 325 inscrits), contre 77 à M. Ternaux aîné, il fut réélu, le 24 novembre 1827, par le collège de département des Ardennes, avec 74 voix (111 votants, 136 inscrits), contre 37 à M. le comte Jaubert, maire de Mézières. Ministériel fervent, il appuya la politique de Villèle de ses votes, de sa parole, et, pendant les débats orageux, de ses murmures opportuns. Aussi fut-il nommé secrétaire du bureau du commerce et des colonies, conseiller maître à la cour des Comptes (7 août 1825), puis, en 1828, secrétaire général de la commission de liquidation de l'indemnité accordée aux émigrés, enfin, sous le ministère Polignac, président de chambre à la cour des Comptes (août 1829). Il vota contre l'adresse des 221. Réélu, par 76 voix sur 122 votants et 148 inscrits, contre 44 à M. de Suguy, le 19 juillet 1830, il se rallia avec empressement a la monarchie de juillet, fut nommé commandeur de la Légion d'honneur en 1831, quitta la Chambre a cette époque, et fut élevé à la pairie le 3 octobre 1837. Il fut admis à la retraite comme président à la cour des Comptes le 21 novembre 1846, rentra dans la vie privée à la révolution de 1848, et mourut tout d'un coup tendant la messe, dans l'église Saint-Sulpice.
 


Pierre-Jean-René LE ROY DE CHAVIGNY -Nommé le 01/09/1824, en poste le 26.
baptisé aus fonds-Rouges (Saint-Domingue) le 10 mars 1783;
Sous-préfet de St-Denis en 1815, Préfte des Pyrenées Orientales en 1823, il est nommé Préfet de l'Allier en 1824.
Il meurt au château du Réau à Villeneuve sur Allier le 7 janvier 1866.

 
Lettre signée LEROY DE CHAVIGNY en date du 10 janvier 1828. Il est question d'indemnisation des Emigrés.
(Coll.J.Cornieux)

Depuis le 16 septembre 1824 CHARLES X est le nouveau ROI. Il succède ainsi à ses deux frères, Louis XVI et Louis XVIII.


Sources bibliographiques:

Annuaire de l'Allier. Moulins chez Desrosiers 1814 .
- Le Bourbonnais durant les Cents-Jours. J.Cornillon 1925.
- Les Préfets du 11 ventôse an VIII au 4 septembre 1870. Archives Nationales 1981.
- Le personnel de l'administration préfectorale 1800-1880. Archives Nationales 1988.
- Archives personnelles de l'auteur et collections privées;
- Les Contemporains.1905
- Mémoires du Comte de Rambuteau.1905