30 mars 2007

2ème Partie:MINISTÈRE DES FINANCES






Pour faire suite à notre précédent article sur les uniformes de l‘administration civile du II Empire, abordons aujourd’hui les costumes des fonctionnaires du Ministère des Finances.




LES CONTRIBUTIONS DIRECTES:Par les décrets de 1852 et 1853, les broderies des uniformes sont reprises comme le Consulat les a réglées.
A savoir des feuilles de vigne mêlées à des épis de blé en cannetille argent avec paillettes.
L’habit est toujours de coupe dite « à la Française », mais là, il a la particularité pour ce corps, d’être confectionné en drap vert très foncé.




Ici pour un contrôleur(photos au ci-dessus) des Contributions Directes, seul le col est brodé entièrement des symboles du corps.
Les parements de manches possèdent seulement une baguette brodée figurant une « vaguelette » enroulée, au dessus de laquelle figure une double baguette simple le tout en cannetille argent.
Les boutons au nombre de 9 , sont de couleur argent à l’aigle impérial entouré de la légende « Contributions Directes ».














 


La coiffure consiste en un bicorne porté en « colonne » c’est à dire les pointes devant et derrière la tête.
Comme toutes les coiffures de l’administration, il est pourvu de bandes de soie noire à chaque corne, il possède une cocarde aux couleurs nationales en soie et une ganse en velours noir brodée de cannetille argent aux motifs du corps.




Le pantalon est lui aussi en drap vert très foncé, avec bandes d’argent aux motifs du corps(épis de blé et feuilles de chêne)avec sous pieds pour une tenue impeccable;

Le second uniforme est celui d’un inspecteur(photos ci-dessous), aussi des Contributions Directes.
Il se différencie du premier par des bas de manches entièrement brodés.
La coiffure accompagnant cette tenue est toujours le bicorne, mais orné de plumes d’autruche noires sur le sommet.
Un gilet blanc avec boutons métalliques complète cette tenue.

16 mars 2007






Nous entamons aujourd'hui une série d'articles qui étudira les habits brodés de l'administration civile du II Empire (1852-1870).



Administrations municipales, départementales, parlementaires...Nous verrrons qu'elles possèdent toutes un costume aux broderies particulières.




1èrePartie: LE CONSEIL GENERAL.




C'est le décret du 4 janvier 1854 qui détermine l'uniforme pour les Conseillers Généraux sous le II Empire.

Celui-ci n'était pas obligatoire en séance(d'où sa rareté)mais était d'étiquette pour la présentation à la Cour.


Il est en drap bleu national(bleu très foncé), dégagé(ouvert sur la poitrine)à neuf bouton argentés à l'aigle impérial au centre d'une couronne de feuillage.






Les broderies se situent aux parements de manches, au col et à l'écusson de taille.


Une baguette dite "dents de loup" en soie bleue ainsi qu' un liseré torsadé en cannetille argent borde l'habit et les faux plis du dos.


Le motif de la broderie est composée de feuilles de chêne et d'olivier ainsi que d'épis de blé en soie bleu clair nuancée et argent.




Un réglement fait état des "couronnes murales" au col et aux parements( qui symbolisent la force municipale) , pour les conseillers municipaux de la ville Paris, qui est la seule ville qui soit à la fois une commune et un departement . C'est pourquoi les conseillers municipaux parisiens portent l'habit des conseillers généraux avec ces couronnes murales.(information aimablement communiquée par F.Coune)







Chapeau bicorne en feutre noir à gance en velours brodée du même dessin que l'habit

Gilet blanc.

Pantalon en drap bleu foncé à bandes de soie bleu et argent.

(Coll.J.M.Coste)



Epée à poignée de nacre et garde argentée.

04 mars 2007






















AMBASSADEURS & AGENTS CONSULAIRES DANS LES ANNÉES 1930.







Comme nous l’avons déjà vu auparavant, les années 30 apportent à tous les uniformes civils une révolution en matière de coupe mais également en matière de protocole;
En effet, l’administration réserve la tenue dite à « la française », c’est à dire l’habit queue de pie, à la tenue de gala. La tunique du modèle 1872, également adopté par le corps diplomatique, n’est plus trop adaptée à un usage journalier;
C’est pourquoi le veston croisé est adopté vers 1933. La coupe moderne est parfaitement adaptée et confortable à porter.
La casquette complète cette nouvelle tenue, bien que cette dernière soit apparue pour ce corps fin XIXe, début XXe siècle.


Dans les pays chauds, les agents diplomatiques et consulaires, se font confectionner pour la tenue de tous les jours une casquette du type de la marine, en fine toile blanche, bien plus pratique et plus adapté que le bicorne. Le port du casque colonial est également rencontré.
Les uniformes blancs du type coloniaux, sont également adoptés.
Les premiers types de ces casquettes portent le symbole du corps(macaron avec les lettres RF sur cartouche et faisceau républicain, le tout posé sur des feuilles de chêne et olivier)directement brodé au centre du bandeau de la coiffure;
Ce n’est qu’a l’apparition de la nouvelle tenue, que le macaron brodé est fixé séparément sur le plateau de la casquette.
De multiples variantes de ces coiffures existent, plus ou moins fantaisistes, selon le tailleur qui les a confectionnées.
.

03 mars 2007




SECRETAIRES DE 3e CLASSE






L’habit de secrétaire de 3e classe, est le même que celui décrit précédemment mais avec la baguette de feuilles de chêne en moins sur le pourtour et les filets des plis des basques également absents.
La coiffure est toujours le bicorne plumes noires ainsi que les autres accessoires.






En photo:Un secrétaire de 3e classe du corps diplomatique apres 1903(boutons avec les lettres RF sur cartouche), il porte sur son frac les palmes académiques, l'étoile de chevalier de l'ordre Royal du cambodge et l'étoile d'officier du Nicham Iftikar de Tunisie.
On voit ici très bien le bicorne à plumes noires.




SECRÉTAIRES D’AMBASSADES & CONSULS DE 1ère & 2e CLASSE.



Toujours sous la IIIème République, voici un costume de secrétaire ou conseiller d’ambassade porté après 1903.
Il se distingue par des broderies sur le col, les parements de manches et l’écusson de dos ainsi que par une baquette de feuilles de chêne disposée tout autour de l’habit et les faux plis des basques surlignés d’une baguette torsadée simple.
La coiffure est le bicorne(ici un modèle pliant dit « claque ») à plumes noires.
Le pantalon est en drap bleu national (en fait noir) ou blanc avec bandes or.
L’épée est du modèle (après 1903) commun à tous les membres du corps diplomatique.

02 mars 2007

En photo:Mr BRASSEUR  Ambassadeur de France à Abidjan en 1961.Il porte de nombreux ordres d'Etats Sud-Américains(Pérou, Chili...).Il est entre autre commandeur de l'Etoile Noire du Bénin, officier de la Légion d'Honneur, médaille des Forces Françaises Libres, du Mérite Aéronautique...
La ceinture-écharpe et la broderie spéciale au corps diplomatique sont ici bien en évidence.





















AMBASSADEUR & MINISTRE PLÉNIPOTENTIAIRE:
Voici un uniforme complet de Ministre Plénipotentiaire, il se compose du bicorne à plumes blanches,(couleur réservée aux ambassadeurs et ministres plénipotentiaires seulement)avec ganse brodée aux motifs du corps.

L’habit en drap bleu national(bleu très foncé)est richement brodé.
Le col, les parements de manches, le plastron , les bords courants et l’écusson de dos sont brodés en fils de cannetille d’or;
Une baguette des feuilles de chêne enlacée d’une spirale borde le col les bords et les bas de manches;
Les boutons sont or au motif du corps.
Ce somptueux habit coûte à la fin du XIXeme siècle la somme pharaonique de 900frs or, selon une publicité de la célèbre maison « le Pavillon de Rohan » à Paris.
Le pantalon peut être en même drap bleu foncé ou blanc(surtout sous le II empire en tenue de gala)avec bande or reprenant le motif des broderies.
La ceinture-écharpe détermine le grade, ici cinq raies rouge ponceau/or pour un ministre, et blanc/or pour un ambassadeur.
Cette ceinture est la même que pour un général de division mais sans les étoiles sur les glands.
L’épée est commune à tous les grades du corps.





AMBASSADEURS & AGENTS DIPLOMATIQUES
Ce n’est que le 15 avril 1882, qu’un texte officiel ,signé par Freycinet, réglemente le costume attribué aux membres du corps diplomatique.
Les marques distinctives constituées par les broderies prévues par le réglemente 1882, reprennent en grande partie l’ornementation des costumes du II Empire: broderies dorées représentant des feuilles de pensées et des motifs d’ornement tels que les « feuilles d’eau » et les « impériales »(plante bulbeuse voisine de la tulipe).
Une baguette de feuilles de chêne surmonte ces broderies;
L’importance et la répartition de ces dernières détermine les différents grades de ces diplomates.
Les boutons de couleur or, sont en 1882, timbrés du faisceau de licteur dans une couronne de feuillage;
A partir de 1903, le faisceau de licteur est surchargé d’un cartouche avec les lettres RF, le tout posé sur des branches de chêne et d’olivier (Motif crée par Chaplain qui existe toujours sur les passeports et les plaques des ambassades et consulats).
Nous présenterons comme a l’habitude les pièces par ordre chronologique.
Pour commencer voici un bicorne du corps diplomatique du modèle du II Empire, pour tous les grades sauf pour les ambassadeurs de France et les ministres plénipotentiaires où les plumes sont blanches.
Cette très belle coiffures (fabriquée par la maison Plevel à Paris) comporte une ganse de velours noir brodée aux motifs spéciaux du corps, avec le bouton du type du II empire, aigle découpé au centre d’une couronne de feuillages.