11 octobre 2006


LA CASQUETTE DES MEMBRES DU CORPS PRÉFECTORAL

1ere partie: Les casquettes à broderies argent.
1933-1942


 
casquette du 1er modèle  (1933) plate,  dite "à l'aviateur" de préfet. Son macaron est du 1er type.
(coll.J.Cornieux)

Le Préfet ANGELI en avril 1941 à Lyon.(INA).

Dans cet article nous observerons que la silhouette des membres du corps préfectoral, va radicalement se moderniser.

Au milieu des années 30, Le Ministère de l’Intérieur juge la grande tenue entièrement brodée désuète et décalée.
Ce dernier veut les préfets plus proches des citoyens et le prestige de l’uniforme tend à disparaître.
C’est donc l’occasion de créer une nouvelle tenue plus sobre et moins voyante.
Ce sera le décret du 12 octobre 1933 qui donnera au Corps Préfectoral, une nouvelle tenue similaire à celle, nouvelle aussi, de l'armée de l'air et de la marine. La casquette plate portée dans ces armes, sera désormais l'apanage des préfets et sous-préfets.

Photo de presse prise  le 6 octobre 1935 lors de l'inauguration de la reconstruction du village de Samogneux près de Verdun. Le Préfet Natalelli porte la casquette plate brodée.

1937, ce sous-préfet en grande tenue, porte la nouvelle casquette modèle 1933 (macaron du 1er type) avec une improbable tunique croisée mise en service en 1878.....au siècle dernier! L'association étonnante des deux pièces d'uniforme reste d'une rare élégance.
(Coll.F.Coune)

27 juin 1937 à Verdun lors des commémorations des fêtes de la victoire. le Général Giraud, le Sous -Secrétaire d'Etat André Liautey et le Prefet, François NATALElLI . On voit très bien la casquette avec ses deux rangs de broderies.


Le même jour...L'insigne de casquette  du 1er type est bien visible
(Photo coll.J.Cornieux)
 
La casquette est en drap bleu très foncé (en fait noire), du type de l’aviation et de la marine.
La broderie reste bien sur la même que sur l’ancien képi, et le système de distinction aussi, deux rangs pour le préfet, un pour le sous-préfet;
Visière en cuir avec bord surpiqué.
L’insigne du premier type est composé d’une broderie dans un macaron ovale. En son centre figure un faisceau de licteur républicain posé sur des feuillages. Une baguette cercle le tour du macaron. C’est , il semble selon l'iconographie d'époque, le 1er modèle porté.
Macaron brodé en cannetille argent du 1er modèle.
(Coll.J.Cornieux)

Cet insigne se loge sur le bandeau brodé où un espace lui est réservé. La broderie s’interrompt au centre par un nœud, au dessus duquel de place l’insigne frontal.

Le préfet Michel CACAUD avec sa casquette, le macaron du 1er type est celui décrit par le texte officiel.

Il existe un autre modèle d’insigne, que j'appelle du 2eme type, où le faisceau qui se détache sur fond de drap, est au centre d’une couronne de feuillages composée d’une branche de chêne et de laurier.
Casquette de sous-préfet avec son macaron du second modele.(Coll.J.Cornieux)


Le sous-préfet Pierre Marcel WILTZER nous présente sa casquette à macaron du 1er type.

Il existe un modele de casquette où le macaron ne se loge plus dans le bandeau brodé, mais au dessus sur le plateau de la coiffure. Voici un modèle où le logement réservé au macaron, est orné de trois glands. Il semble que ce sont des bandeaux modifiés suite, semble t'il, à une directive qui fait état du changement de place de l'insigne de la coiffure. Ce modèle est (à ma connaissance) porté tardivement, entre 1940 et fin 1941. D'après ma documentation, on ne trouve sur se modèle de coiffure que l'insigne du deuxième type (comme ci-dessous) ou ce même insigne mais modifié par l'adjonction de la Francisque, insigne adopté comme "emblème du Chef de l'Etat" en octobre  1941.
Ici, le logement reservé à l'insigne est garni de 3 glands.Ce dernier prednd place maintenant sur le plateau de la coiffure.

Le Préfet BARD en octobre 1941, on distingue la broderie de 3 glands au centre du bandeau, là ou se logeait l'insigne, maintenant il est porté sur le plateau de la coifffure.On voit aussi un macaron modifié par l'ajout de la Francisque, enblême adopté par le Chef de l'Etat ce même mois d'octobre, date à laquelle été prise cette photo.(Cliché Lapi/Roger Viollet)

Commune de Baugé (Maine-et-Loire) en 1942, le Préfet Régional Roussillon (en blanc à gauche) en visite. A sa droite, le sous-préfet d'arrondissement porte la casquette où le centre du bandeau est orné des 3 glands brodés. Le macaron semble porter la Francisque.(type 2- modifié)
(Coll.J.Cornieux)

 

Une variante avec broderie circulaire continue (sans logement pour l'insigne) voit le jour au début des années 40. Ce modelèle se rencontre sur l'iconographie avant la mise en place du nouveau modele de coiffure décrit selon l'arrêté de juin 1942, où la broderie devient or et ou le modèle d'insigne est d'un genre bien particulier(nous verrons en 2ème partie ces coiffures a broderies or).
Certains membres du Corps Préfectoral ont devancés cet arrêté de juin 42, en faisant modifier leur insigne de casquette dès octobre 1941, date à laquelle la Francisque Gallique devient le symbole du nouveau régime.

Casquette avec macaron modifié dès octobre 1941, par l'ajout  de la Francisque.
(Coll.J.Cornieux)
Bousquet alors préfet de la Marne en 1940, il porte la même casquette que présentée au dessus, avec ici, l'insigne du 1er type.

Toutes ces coiffures seront encore portées après juin 1942, date du décret qui attribue un nouvel uniforme pour le Corps Préfectoral  (en particulier l'usage des broderies de couleur or). Un paragraphhe stipule que les anciennes tenues à broderies d'argent, pourront être portées jusqu'en...1944!


Pour résumer:

3 types d'insigne répertoriés: dans l'ordre type 1 (1933), type 2 (apparition vers 1940), type 2 modifié (à partir d'octobre 1941).




Ces insignes (ou macarons) peuvent avoir de petites variantes de broderies selon les fabricants.

3 types de broderies de bandeau, dans l'ordre:

- Type 1: avec logement de l'insigne au centre, encadré de feuilles de chêne.


 - Type 1 modifié par le comblement de l'espace entre les feuilles de chêne, par une broderie de 3 glands, l'insigne étant maintenant fixé sur le plateau de la casquette, de toute vraissemblance selon une directive officielle (pas de trace de texte à ce jour)


- Type 2: broderies circulaires discontinues, sans aucun emplacement pour l'insigne. 


Il faut noter que toutes les possibilités de combinaisons entre types d'insignes et de bandeaux se rencontre sur l'iconographie d'époque (voir photos d'illustration).

08 octobre 2006

LES KEPIS DU CORPS PREFECTORAL

Pour les képi du corps préfectoral, les maitres chapeliers suivent la mode militaire. L'apparition de cette coiffure débute sous le II Empire. A cette époque le képi est le même pour les deux grade, Préfet et Sous-préfet, les deux ont un seul rang de broderies. La difference un rang et deux rangs, n'apparait qu'en 1873.Les képis du corps des Conseillers de Préfecture ont eux des broderies de soie bleue et blanche.
La visière sous le II Empire est typique, elle est carrée et souvent verte dessous. Ce modèle sera porté bien après la fin du II empire, jusque dans les années 1880!
Képi du modèle porté sous le II Empire, commun aux préfets et sous-préfets.
(Coll.J.Cornieux)

Un Préfet vers 1873, il porte le képi typique du II Empire.
(Coll.J.Cornieux)

  Les variantes des fabricants portent sur le nombre de brins du nœud hongrois (trois ou quatre) et comme déjà dit sur la broderie argent plus ou moins riche, les bouquets de deux ou trois feuilles qui la compose, tournent de droite à gauche ou inversement.
La broderie entre la couture du calot et du turban varie également, mais celle réglementaire est une rangée de paillettes, une baguette et un cordonnet torsadé, ce dernier est parfois remplacé par une fine soutache du type galon de grade pour képi de l‘armée.

Képi du modèle II Empire pour Conseiller de préfecture.
(Coll.J.Cornieux)


Un Conseiller de préfecture vers 1873. Le képi à visière carrée est toujours porté à cette époque, se distingue par deux seules soutaches verticales.Les bandes brodées de pantalon ne sont autorisées pour les conseillers, qu'à partir de 1873.
(Coll.J.Cornieux)

La jugulaire est souvent symbolisée par un cordonnet argent, comme sur les képis de généraux, mais on la trouve en galons plat en traits côtelés, et parfois même, une vraie jugulaire en cuir, surpiquée de fils d’argent, comme celle des képis militaires de grande tenue.
Les boutons qui la tienne sont argents au motif du bouton d’uniforme, le faisceau de licteur républicain (depuis 1873). Parfois avec coquille sans empreinte.
La visière plus ou moins longue est en cuir noir, vernie, avec le bord surpiqué. Le dessous est vert et strié jusqu’à la fin du XIXème siècle.

Intérieur classique, avec une garniture en soie de couleurs diverses, bandeau de cuir noir ou fauve avec ou sans cordonnet réglable et très souvent la marque du fabricant.

En 1872, un modèle à petite visière ronde fait son apparition.L'arrière reste encore assez pentu, comme sous le II Empire.

Képi modèle 1872 de Conseiller de préfecture à petite visière ronde.
(Coll.J.Cornieux)

Conseiller de préfecture avec képi 1872. On distingue parfaitement les deux soutaches verticales typique du Corps des Conseillers de préfecture.
(Coll.J.Cornieux)

Képi 1872 de sous-prefet
(Coll.J.Cornieux)

 
Un Sous-préfet avec son képi 1872.
 Il est commandeur du Nichan Iftikar de Tunisie (modèle Ali Pacha Bey 1882-1902), Chevalier de la Légion d'Honneur, Médaille d'Honneur acte de courage et devouement, Chevalier palmes académiques et Chevalier de l'Ordre de Charles III d'Espagne.
(Coll.J.Cornieux)

La structure du képi est molle jusque vers 1880/1910, seul le calot circulaire est rigidifié par un fil métallique, parfois entièrement mou. C'est le modèle dit Saumur, l'arrière se redresse et n'est plus pentu.

Képi de Préfet entierement mou, vers 1880.
(Coll.J.CORNIEUX)


Un Sous-préfet en 1904.
(Coll.J.Cornieux)



Képi de Sous-préfet vers 1900/1910. Ici le calot est rigidifié par un fil de métal.
(Coll.J.Cornieux)

A partir de 1910, c’est le modèle Polo qui apparaît, avec sa carcasse semi-rigide en forte toile de lin.

Képi modèle Polo de Sous-préfet vers 1910/1915.
(Coll.J.Cornieux)

Un Préfet vers 1915.

Képi polo vers 1920.
(Coll.J.Cornieux)

Képi polo de Conseiller de préfecture (Coll.J.Cornieux)


Au premier plan à droite un Sous-préfet portant un képi polo dans les années 20.
(Coll.J.Cornieux)

En 1931 la structure se rigidifie complètement, avec l’apparition du système Bandalium(sorte de feuille de matière synthétique type plastique.
Képi de préfet modèle 1931.
(Coll.J.Cornieux)
Képi de sous-préfet modele à système "Bandalium indéformable breveté SGDG".
(Coll.J.Cornieux)

Un Sous-préfet en 1937, remarquez le nombre impréssionant de décorations!
(Coll.J.Cornieux)

Il est souvent difficile de distinguer sur les photos de l’époque en noir et blanc, un sous-préfet d’un conseiller de préfecture, en effet la broderie étant la même, sauf la matière utilisée, cannetille argentée pour le premier et fils de soie pour l’autre;
Le moyen imparable de les distinguer est de regarder(s’il le porte!!)son képi. Celui du sous-préfet possède trois soutaches verticales, celui du conseiller seulement deux!
Nous étudierons dans le prochain article les différents modèles de casquettes, portées à partir de 1939.
Le premier volet portera sur la période 1939-1941.

06 octobre 2006




Cette étude va maintenant se porter sur les coiffures du corps préfectoral en vigueur sous la IIIème république.
Semblables à celles portées sous le Second Empire, elles ont pourtant des différences dans leurs formes et l’aigle impérial des boutons fait place au faisceau de licteur républicain.
La première pièce étudiée sera le bicorne. Les seules différences sont au niveau de la ganse brodée, si les feuilles de chêne et de laurier sont toujours présentes, la broderie(déjà détaillée) varie(voir photo), en effet il suffirai de changer le bouton pour transformer un modèle plus récent en modèle II Empire. Mais la ganse de la coiffure portée après 1871 comporte sous le bouton , un groupe de deux feuilles de laurier encadrant un fruit, puis une feuille alternativement chêne/laurier.
Celle du II Empire à un groupe de quatre feuilles sous le bouton(à l’aigle)puis groupes de trois feuilles de laurier et une de chêne alternativement.
C’est un moyen sur et non pas une fantaisie de brodeur, pour distinguer un modèle de l’autre.
Certes, parfois le marquage intérieur est significatif(Fournisseur de sa Majesté…)pour déterminer l’époque, mais ce n’est pas une règle. Il y a des coiffures sans aucuns marquage de chapelier.
La forme générale des bicornes varie selon l’époque, assez haut vers 1852, plus bas vers 1860, les pointes plus remontées sous la IIIeme République.
Le préfet adopte les plumes blanches, d’après le décret de préséance de 1907 promulgué par Clémenceau alors ministre de l’Intérieur et président du Conseil.
Avant cette année, ils conservent les plumes noires, communes à tout le corps.
Les conseillers eux, portent la ganse avec bouton brodé(variante avec feuilles ou de motif floral), les vices -présidents du conseil de préfecture , le bouton métallique, mais ce n’est pas une règle absolue, puisque les tailleurs font correspondre le bouton du bicorne à ceux de l’uniforme. La tunique 1872 ayant des boutons en métal du modèle commun a tout le corps, et brodés sur la grande tenue!
A suivre, les képis…..

05 octobre 2006




Revenons un instant à la Monarchie de Juillet(voir 1er article pour cette période), sous le règne de Louis-Philippe , voici un très rare costume de conseiller de préfecture.
Il se compose du bicorne(II empire) en feutre taupé noir, garnie à son sommet de plumes d’autruche frisées noires. La ganse en fils de soie nuancés bleus et blancs sur velours noir, le bouton est assorti à ceux de l’habit, il porte ici un motif de fleur. Des variantes existerons avec motif de feuilles brodées et bouton métallique à l’aigle impérial pour les vices-présidents du conseil de préfecture sous le II Empire.
Ruban de soie noir à chaque extrémités.
Le kepi de petit tenue(II Empire), lui est identique à celui du sous-préfet, mais avec broderie en soie nuancée bleue et blanche;montants à deux soutaches verticales en soie bleu, double nœud hongrois sur le calot.
L’habit est taillé « à la française », il est brodé de feuilles de chêne et de laurier, symbole de force et de sagesse, en soie nuancée comme le képi.
Le col, les parements de manches, les bouquets de poches et l’écusson de taille portent cette broderie.
Sur le devant, , les basques, le col et les parements, un double bords courant brodé en « dents de loup ».
Les boutons sont semblables à celui du bicorne.
Pantalon en drap blanc sans bandes sur les cotés. Les conseillers porterons cette passementerie avec l’arrivée de la nouvelle tenue, qu’ en 1872.

LES EQUIPEMENTS SOUS LA IIIe REPUBLIQUE :

Planche d'époque de la maison GERBEAUD
(Coll.J.Cornieux)

L’équipement se compose de la ceinture écharpe pour toutes les catégorie de personnel en uniforme avec des différences pour chaque grade. Ainsi celle du préfet est en résille de cannetille argent avec des filets de soie rouge et bleue alternés (trois bleus et deux rouges).


Chaque extrémités portent un gland argenté a grosses torsades.
La ceinture écharpe du Préfet LEROUX et l'épée, bien en évidence.
(Coll.J.Cornieux)

 
Le sous-préfet porte la même avec glands à torsades de même, mais en étamine et non en résille.

(Écharpe de sous-préfet)
(Coll.J.Cornieux)


 Huile sur toile d'un sous-préfet où l'écharpe tricolore du modele de sous-préfet est bien visible et bien détaillée.

Les Secrétaires généraux portent une ceinture-écharpe tricolore aux glands nuancés argent et rouge.

Les Conseillers de préfecture, portent la même avec glands en soie blanche.
Un conseiller de préfecture en grande tenue vers 1880, on voit très bien les glands en soie blanche
(Coll.J.Cornieux)
(Écharpe pour Conseiller de préfecture)
(Coll.J.Cornieux) 

Le ceinturon modèle 1873, lui se porte sous l’écharpe, il comporte un porte-épée intégré ou mobile au moyen de passants . Le modèle pour préfet est en galon argent à deux filets de soie bleue et un central de soie rouge, boucle en métal argenté avec pour motif une tête de lion présentée de face, équipé d’un crochet en S pour la fermeture. Il est doublé de cuir fin, bleu. L'interieur de la ceinture, est équipée d'oeillets à ses deux extrémités, s'y fixe un crochet situé aux deux pointes du ceinturon, ce système permet de régler la taille selon la stature de son propriétaire.

Le porte épée pour un ceinturon de préfet. Ce modèle est non mobile, il est cousu à demeure au ceinturon.
(Coll.J.Cornieux)

Celui du sous-préfet est identique, sauf que le galon est en soie blanche et non en cannetille argent.
 
 Le porte-épée de Sous-préfet, avec en haut, un modèle à "dés" mobiles et en bas, un modèle cousu au ceinturon.
(Coll.J.Cornieux)
Le conseiller de préfecture est idem sauf qu’il est tout en soie blanche à deux filets bleu ciel et un central bleu foncé. Il se rapporte aux couleurs des broderies du costume.

Le ceinturon porte-épée de Conseiller de Préfecture en soie bleu et blanc.
(Coll.JCornieux)

Sous le II Empire ils sont en cuir noir ou blanc et se portent sous l’habit, donc invisibles.

De haut en bas: ceinturon de préfet, sous-prefet, conseiller de prefecture.
(Coll.J.Cornieux)

Le pantalon est en drap « bleu national », en fait noir, ou blanc, porte une bande argentée sur chaque jambe, avec pour motif , des groupes alternés de trois de feuilles de chêne et de laurier. Cette bande selon le texte est de 55mm pour les préfets et 45mm pour les sous-préfets et secrétaires généraux, là encore, c’est souvent en pratique, la même largeur de pour tous.
Le conseiller de préfecture, sous le II Empire, ne porte pas de bande au pantalon, ce n’est que le décret de 1872 qu’il leur en attribuera une idem, mais en soie nuancée bleue.
Épée à poignée de nacre et garde argentée pour tous les grades.
Gilet en «piqué blanc » à boutons argent, plastron , faux-col et nœud papillon, complètent ces tenues.
L'épée, commune à tout les membres du Corps;
(Coll.J.Cornieux)